Articles

Rapport d’activités 2016 : Le Mot du Directeur du 94 : Joel Pouliquen

Service de prévention spécialisée (Arcueil-Cachan-Le Kremlin-Bicêtre)



Deux faits majeurs marquent cette année :

-          L’installation de groupes de travail à l’initiative du département du Val-de-Marne pour mettre en place un logiciel de recueil de données statistiques. En effet, cherchant à obtenir des statistiques à la fois harmonisées entre les toutes les équipes de prévention spécialisée et transmises en un temps plus rapide — statistiques que nous produisions jusqu’ici dans les rapports d’activité en juin de l’année suivante dans le meilleur des cas — le département du Val-de-Marne a proposé de travailler à l’élaboration de cet outil en pleine concertation avec les salariés. Plusieurs séances de travail ont regroupé éducateurs, chefs de service, directeurs. La construction des items transposés dans le logiciel s’est faite avec l’aide d’un sociologue expérimenté sur les questions de prévention spécialisée. Une charte définissant les responsabilités du département et des associations est en cours d’élaboration.

-          Les journées nationales de la prévention spécialisée qui ont mobilisé toutes les équipes du département et ont associé par le biais des chantiers plusieurs dizaines de jeunes.

Les équipes sont restées stables, l’équipe d’Arcueil enregistrant cependant deux départs. Les chantiers éducatifs ont connu un développement plus important, ce qui nous a conduits à adhérer à l’association intermédiaire ECO 94.



Service d’AEMO



Nous avons procédé à l’évaluation externe confiée au cabinet CRESS (Conseil Recherche, Evaluation, Sciences Sociales). Deux groupes de travail ont été organisés de manière transversale. Ils étaient ouverts à l’ensemble des salariés du service et avaient pour objectif de croiser les regards des professionnels sur les thématiques traitées dans l’évaluation externe. 5 adolescents et 4 mères de familles ont été auditionnés. 5 partenaires se sont prêtés à des entretiens. Si la conclusion de cette évaluation s’avère globalement positive, des outils manquent de formalisation, des procédures sont à mettre en place.



Une ombre au tableau : l’objectif de mesures à réaliser n’est pas atteint et reste en déséquilibre entre mesures classiques et mesures renforcées. L’exceptionnel mouvement de personnel en est la raison première. Des dispositions vont être prises pour éviter le renouvellement de pareil résultat.



A propos du rapport d’évaluations à la fois du guide d’articulation entre les services de la DPEJ et les associations et de l’activité des services présenté par la DPEJ en Juillet 2016, nous restons pour l’heure en attente de constitution d’un groupe de travail pour aborder les nombreux points qui ont suscité chez nos collègues ( OSE et Olga Spitzer) et nous-mêmes de nombreuses incompréhensions.